Debout, et à L’Ordre mes SS et FF :.

Classé dans : Minutes de l'Expert, Rituels | 0

Il peut paraître étrange de voir figurer en accroche d’un texte sur la pratique maçonnique, une ordonnance royale régissant l’instruction du fantassin.

Nos amis du REAA, qui ont souvent tendance à être plus anciens qu’Antients, disent sur certains sites : « les deux premières loges du rite écossais, sous les titres de « La Bonne Foy » et « La parfaite Egalité », ont donné naissance à la franc-maçonnerie moderne en France, concomitante à l’arrivée des Stuarts réfugiés à Saint-Germain-en-Lay,e et bien antérieure à la création de la Grande Loge de Londres en 1717. »

Je ne suis pas du tout opposé à cette appropriation géographique, et j’admets bien volontiers que la franche-maçonnerie ait débarqué en France dans la giberne des troupes accompagnant le roi Charles II, puis du roi Jacques II en exil.

Je n’aurai même pas l’effronterie de faire remarquer que les troupes écossaises appartenaient au régiment « Royal Irlandais », je vous suggère de vous reporter à ce lien.

Cela m’éloigne de mon propos, et revenons-en aux termes militaires présent en maçonnerie. Ils se rapportent en majorité aux Banquets qui suivent les tenues, et qui duraient bien plus longtemps que les tenues même – ce qui explique en partie que les termes de « table » ainsi que les chansons qu’on pourrait qualifier de chansons à boire constituent une littérature plus abondante que les rituels eux-mêmes :

Frères et Compagnons
De la Maçonnerie,
Sans chagrin jouissons
Des plaisirs de la vie ;
Munis d’un rouge bord,
Que par trois fois un signal de nos verres
Soit une preuve que d’accord
Nous buvons à nos Frères. (bis)

Cette chanson très ancienne en est un bon exemple.
Au cours d’un banquet nous entendons encore de nos jours résonner les mots drapeau, canon, poudre forte etc.

Existe-il une origine militaire dans la gestuelle de la tenue par elle-même ? Je crois que l’on peut affirmer que la mise à l’ordre en est une.

Revenons à l’ordonnance royale de 1776 :

Les pieds bien en équerre, il ne reste plus qu’à nous mettre à l’ordre, et à attendre d’exécuter le signe pénalquand le Vénérable le demande, ce qui correspond au commandement militaire : « Présentez armes ».

De nos jours, il existe dans les Loges bleues une fâcheuse tendance à quitter systématiquement l’Ordre en faisant le signe pénal, ce qui à mon sens est une erreur. En fait c’est une sorte de coutume qui ne trouve sa source dans aucun texte.

Il convient donc de quitter l’ordre en laissant simplement retomber la main le long du corps, et ce à tous les grades.
Le signe pénal ne doit être exécuté qu’à la demande expresse du Vénérable Maître.
D’ailleurs entre la mise à l’ordre et le signe pénal il y a plusieurs demandes et réponses ; ainsi lors de l’ouverture et de la fermeture on commence d’abord par demander aux SS et FF:.  de se mettre à l’ordre, et ce n’est que plus tard que le Vénérable proclame :

« A moi, par le signe, la batterie etc… ».

C’est un peu comme pour les soldats auxquels on demande de se mettre au garde à vous, et plus tard, éventuellement « présentez, Aaaaarmes… ! »

Laisser un commentaire